Le Quatuor d’Alexandrie, Lawrence Durrell

Le Quatuor d'AlexandriePour éprouver pleinement l’expérience du Quatuor, il faudrait sans doute ne connaître que le pitch du premier volume : un homme partagé entre deux femmes, l’amour dans l’entre-deux-guerres sous le soleil maudit d’Alexandrie ; puis se laisser surprendre par la suite, mais on y vient généralement parce qu’on a eu vent du propos dans son ensemble : chaque partie, comme par un progressif effet de traveling arrière révélant un tableau plus vaste, vient contredire, sinon modifier la perception des faits tels que narrés dans les précédentes. L’histoire de la passion adultère, somme toute banale malgré les orfèvreries du style, n’est qu’un trompe-l’œil. Et sa rectification aussi. Et la rectification de sa rectification… Et il pourrait y en avoir d’autres, nous affirme Durrell dans la préface, car son ouvrage se veut être « un continuum de mots » : le Quatuor est un gastéropode avec une coquille en pelures d’oignon.

Réflexion sur la perception du monde et la subjectivité qui se croit objective. La découverte progressive que le langage est polyphonique. Le narrateur étant la voix par laquelle on a connaissance de l’histoire, on a naturellement tendance à lui accorder notre confiance. Celui du Quatuor assoit son autorité grâce à l’amplitude de son style (même si en épigone proustien, il n’évite pas toujours un certain maniérisme flirtant avec le kitsch). À partir du deuxième volume, il perd de sa stature : il laisse la parole aux autres, il avoue que ses analyses étaient erronées. On y apprend (enfin) son nom, une manière de l’instituer personnage, et non plus entité supérieure qui se veut la mesure de toute chose. On s’aperçoit, par le témoignage d’autres protagonistes, qu’il est plutôt considéré avec pitié, comme une espèce de looser sentimental que les femmes mènent en bateau. Pursewarden, l’insolent écrivain qui lui sert d’antagoniste, autrement plus fascinant, le surnomme même « Frère Baudet ». Toutefois, il aura sa revanche en organisant les voix qui viennent le contredire, et en se révélant, à la fin, comme Marcel, l’auteur du Quatuor.

Durrell n’insiste pas pour rien sur les miroirs, les reflets et les regards (ah, cette curieuse épidémie de borgnes dans le quatrième volume…). Tout n’est qu’affaire de perspective. Parmi la multitude de personnages, les bouffons peuvent être vus comme des êtres plein de noblesse, et les nobles apparaître comme des bouffons (peut-être faudrait-il ici évoquer Nabokov, qui publie à peu près à la même époque son célèbre Lolita, et qui a, lui-même, à sa façon, exploré le sujet de fond en comble). Tragédie et comédie s’interpénètrent dans l’absurde petit théâtre des existences. Les histoires d’amour tiennent autant de la littérature la plus douloureusement sublime que du soap opera pour ménagères de moins de quatre-vingt-dix-huit ans.

Le Quatuor, dont on ne saurait épuiser la richesse en quatre petits paragraphes, c’est aussi un roman d’espionnage, un roman psychologique, un roman historique, un gros bonbon poétique et un pavé pour se muscler les biceps, et c’est cette somme qui en fait tout le sel. Récit non linéaire qui sème à tous vents le vrai, le faux et ce qui est cru, vers le futur et le passé, et met en scène ses propres rectifications. Alexandrie, la cité, y tient à la fois le rôle de la présence ambigüe, de l’atmosphère exotique et du sortilège illusoire : créature chimérique. Le Quatuor, c’est peut-être bien à la fois « un livre qui rêve » et une blague de proportion symphonique. Vous avez dit paradoxe quantique ?

Le Quatuor d’Alexandrie (qui comprend Justine, Balthazar, Mountolive et Cléa), Lawrence Durrell, Ed. Buchet/Chastel, 1455 pages.

Publié dans Littérature britannique, Romans | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Pizza Roadtrip, Cha & Eldiablo

pizza-roadtrip-cha-eldiabloParfois, de grosses galères nous tombent sur le coin de la figure sans crier gare. Des trucs autrement plus salés que la note du pizzaïolo ou que le dentier de Tatie Jeannine. Plutôt du genre qu’il faut enrouler dans un tapis et aller enterrer dans un coin paumé à cinq cent bornes de notre lieu de résidence… Tel est le propos de cette astucieuse bande dessinée, où l’on suit le roadtrip « particulier » d’un couple et de leur pote, quelque part entre les films de Dupontel et ceux des frères Cohen.

Le dessin cartoonesque de Cha, simple mais non dépourvu de subtilités (expressions faciales, choix du cadrage), ainsi que le découpage narratif, qui fonctionne par aller-retours entre présent et passé, rend l’ensemble extrêmement fluide et accrocheur. Noir et blanc, avec une touche d’orange (ou de rouge) pour le présent, palette plus variée pour les passages rétrospectifs, on alterne les scènes sans se perdre. Les dialogues signés Eldiablo font mouche, déglingués et non sans une dose d’humour. Les flash-backs nous montrent que l’histoire est peut-être un peu plus complexe que ce que l’on pouvait croire à l’initial et ménagent le suspense. L’amitié, parfois, ça pue un peu du cul.

Une bande dessinée très dynamique dont on oublierait presque qu’il s’agit de cases fixes. En fait, un petit bijou de roman (graphique) noir parfaitement ciselé et ce, jusqu’à la case finale. On reprendra bien une part de pizza!

Pizza Roadtrip, Cha et Eldiablio, coll. Hostile Holster, Ed. Ankama, 80 pages.

Publié dans Bandes dessinées, Littérature française, Polars | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Je ne Suis pas Mort, Arsène Prisca

je-ne-suis-pas-mort-arsène-priscaArsène Prisca est l’un des hétéronymes du poète Guillaume Dossmann (Hubert Stern en est un autre). Ici, ce sont vingt poèmes qui clament, chacun d’une façon différente, « je ne suis pas mort ! » La conscience d’être en vie s’appréhende parfois à l’approche de la mort ou bien à l’occasion de moments intenses. A moins que ça ne soit le cri qu’il faut pousser de temps à autre pour rappeler aux autres que l’on existe.

Dossmann multiplie les angles d’attaque et par là rend son recueil intéressant. Il y a la bête agonisante qui va bientôt rejoindre la nécromasse de la forêt et celle qui, à force de dégénérescence génétique, a fini domestiquée, forme de mort piteuse. Il y a les ouvriers de nuit, sortes de chevaliers dont on a oublié l’existence, et l’homme du monde qui redoute de croiser son biographe. Le mec pied au plancher sur l’autoroute et celui qui prend la mer : born to be wild. Celui qui vient d’avoir un enfant, celui qui part en guerre et celui qu’on croyait mort et qui revient. Différentes manières de s’approprier, de redécouvrir ou de défendre sa propre conscience de vivre.

Un pion d’échecs très humain se sait condamné, insulte son adversaire comme le ferait l’honnête fantassin avant de se sacrifier ; de l’autre côté, César brave les ordres donnés et entreprend la conquête de Rome. L’un des poèmes les plus forts, c’est encore celui qui, à mots voilés, raconte le destin tragique d’une femme qui se retrouve brûlée vive pour avoir commis un adultère. C’est une écriture engagée, qui frappe plutôt à senestre. Une écriture de volté, pour reprendre un terme d’Alain Damasio. Plutôt que de se laisser exister mollement, autant vivre comme pour un baroud d’honneur. Il y a de quoi se nourrir ici, pour peu qu’on presse un peu la pulpe du recueil.

Je ne Suis pas Mort, Arsène Prisca, Ed. Hybris, 32 pages.

***

Challenge l’Île aux Livres.
L’avis de Dawn.
L’avis des Sorcières qui lisent.

Publié dans Littérature française, Poésie | Tagué , , , | 5 commentaires

Aux Armes de Cardiff, Louis Brauquier

aux-armes-de-cardiff-louis-brauquierPremier quart du XXe siècle, le port de Marseille. Une prostituée enceinte cherche parmi les matelots de passage le père de son futur enfant. Un vieux matelot écossais qui commence à rêver de se poser débarque… S’ensuit un ballet bien connu des théâtres et de la vie réelle… Roman court ou novella, Aux Armes de Cardiff est le seul récit que Louis Brauquier, par ailleurs important poète maritime, nous ait laissé. Ecrit en 1926, il n’est paru qu’en 2000 aux Editions de la Table Ronde.

L’écriture est simple, épurée jusqu’à l’os, quoique précise et par là suffisante pour rendre vivante la mythologie bien connue des ports, la valse des matelots et des filles de joie, et plus généralement le tumulte de Marseille. On n’est pas sans songer à un autre écrivain de mer, Edouard Peisson et en particulier à son roman Hans le Marin, paru très peu de temps après (1929), dont l’histoire, assez proche, nous raconte aussi un jeu de manigances. Le récit de Brauquier demeure toutefois plus tendre, teinté d’un humour doux-amer. La littérature maritime forme un microcosme à elle seule, on aurait tout aussi bien pu évoquer l’immense Quart de Nikos Kavvadias ou bien encore les Marins Perdus de Jean-Claude Izzo qui, on le sait, admirait Brauquier.

Un roman aux senteurs portuaires, qui, forcément, nous donne envie de retourner aux poèmes de l’auteur:
« (…) Il languit, vers la mer, des femmes de sa rade,
Des couples qu’enlace l’espoir
Et des soleils couchants au large des Cyclades,
Le matelot qui chante dans le soir. (…) »

Aux Armes de Cardiff, Louis Brauquier, Ed. de la Table Ronde, 115 pages.

***

Lecture effectuée dans le cadre du club l’Ile aux Livres et du Festival Littérature, Trip, Etc. sur le thème du voyage.

Publié dans Littérature française, Nouvelles, Romans | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Chien du Heaume, Justine Niogret

chien-du-heaume-justine-niogretEpoque médiévale. On ne sait pas trop où. L’indétermination participe à l’ambiance particulière du récit. Une jeune femme guerrière, laide et grassouillette, qui sait l’art délicat de pourfendre, d’éventrer et de décapiter ses ennemis, est en quête de son vrai nom. L’histoire se déroule sur dix ans.  L’étiquette fantasy est un peu abusive, c’est un roman (vaguement) historique, mâtiné de fantastique.

Un côté réaliste, qui ne tait pas la rudesse de l’époque ; on bouffe, on pue ; l’espérance de vie est faible, la violence, larvée ou non, et la peur sont omniprésentes ; un désespoir de temps obscur. Un côté merveilleux, qui ressuscite un peu les ambiances étranges qu’on trouve chez Chrétiens de Troyes ; une sorcellerie maligne est à l’oeuvre ; les paysages sauvages et hostiles ont le charme des enchantements empoisonnés. Sans cesse, on oscille entre les deux mondes.

S’il y a des scènes de combat fulgurantes, où les murs sont retapissés de sang, c’est surtout un roman d’attente. D’attentes. Le climat paralyse les hommes qui se calfeutrent dans leurs châteaux. L’inertie empoisonne les moelles, aigrit les tempéraments. Temps suspendu, la vie en stagnation, qui croupit comme l’eau des douves. Ce serait sans doute téméraire d’y voir une touche gracquienne, mais à défaut du style, il y a une lointaine parenté thématique.

Justine Niogret, c’est Julien Gracq qui aurait troqué la plume pour le marteau de guerre. Justine Niogret, c’est Julien Gracq couillu. Non. Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Mais on a souvent tendance à ne retenir de Niogret que sa faculté à mettre en scène la violence : Chien du Heaume, c’est d’abord un roman d’atmosphère. Qu’on se le dise au fond des forts, oui, au fond des forts.

Chien du Heaume, Justine Niogret, Ed. J’ai Lu, 225 pages.

Publié dans Fantasy / Imaginaire, Littérature française, Livres historiques, Romans | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Porcelaine, Estelle Faye

estelle-faye-porcelaineUn roman de fantasy qui dépoussière les contes et légendes chinois. Une histoire qui s’éploie sur un millénaire grâce à la magie de l’ellipse. Nous sommes dans le merveilleux, tour à tour poétique et inquiétant. Les dieux chatouilleux y maudissent les imprudents en leur conférant un visage de tigre. Un bout de porcelaine peut servir de cœur de remplacement. On y croise des hordes de démons et des filles-fées ambigües. L’art de la céramique et celui du théâtre y tiennent une bonne place. Et puis c’est aussi une histoire d’amour.

Le style épuré contribue à l’ambiance particulière du livre, dynamique lors des scènes d’action, fascinant comme on attend d’un conte lors des situations plus calmes. Le résultat est finalement très visuel et une adaptation en film d’animation fonctionnerait sans doute très bien. D’ailleurs, cher Hayao Miyazaki, qui, je le sais, lis Morve d’Azur, il est temps d’annoncer que tu ne veux pas vraiment prendre ta retraite et que tu t’occupes de ce projet. A noter aussi, la très belle couverture d’Amandine Labarre.

Un reproche toutefois : que le roman n’ait pas osé être un petit peu plus ambitieux encore. Une époque supplémentaire eût sans doute parachevé la fresque historique. On aurait pu y voir les personnages venant du temps mythique confrontés à une Chine moderne en pleine mutation, avec cette question en filigrane : quelle place pour les légendes en ce monde sans magie ? On bougonne quand une grosse baudruche nous balade sur des milliers de pages inutiles, mais parfois on regrette aussi quand un bon livre est trop court. Un Porcelaine 2 le Retour de la Vengeance, s’il-vous-plaît?

Porcelaine, Estelle Faye, Ed. Les Moutons Electriques, 275 pages.

Publié dans Fantasy / Imaginaire, Littérature française, Romans | Tagué , , | 2 commentaires

Roman avec Cocaïne, M. Aguéev

Roman avec CocaïneUnique roman d’un illustre inconnu, qui n’était ni Nabokov comme certains le suggérèrent, ni Pessoa comme personne n’osa jusqu’ici l’avancer, Roman avec Cocaïne exerce d’emblée une fascination sur son lecteur. L’histoire se déroule dans les années 1910 à Moscou. C’est la confession d’un jeune homme, très réfléchie, introspective, mais sans aucune complaisance. Ses années d’école, la quête charnelle des femmes, la découverte puis la perte d’un amour, et ensuite l’expérience de la drogue, qui n’arrive dans le livre que fort tard, avec en arrière plan, la guerre, puis la révolution.

Les phrases longues, quoique légères, qui scrutent les expériences sensibles et les analysent finement, appellent la comparaison avec Proust, mais l’on reconnaît aussi l’empreinte du grand roman russe, son goût pour la psychologie, son intérêt pour les passions et les addictions, son sens du drame et de la tragédie, sa réflexion morale sur le monde. Le nom de la femme, Sonia, ne nous renvoie-t-il pas à la fameuse héroïne de Dostoïevski? Le narrateur est fait de contradictions, tour à tour salaud et bonne âme, humain finalement. On apprend à le détester dès le premier chapitre, lui accorderons-nous  au bout du chemin notre pardon ?

Il y a quelque chose d’assez moderne dans les raisonnements avancés. La découverte que les femmes sont aussi des sujets pensants, pas juste des autres, mais aussi des « moi » colore le propos d’une touche féministe inattendue. Que le roman, initialement paru dans les années 30, ait fait scandale, ne nous étonnera pas : la drogue, avec son effet euphorisant qui décuple l’intellect, et son effet dépressif, qui survient ensuite lors de l’inévitable descente, sert à éclairer le paradoxe des idées : grandes, belles, humanistes dans la théorie, au contact corrodant de la réalité, elles se concrétisent souvent dans le sang, la violence et l’avilissement. Toute ressemblance avec certaines révolutions serait purement fortuite…

Un roman court, mais grand.

Roman avec Cocaïne, M. Aguéev, Ed. 10/18, 230 pages.

Publié dans Littérature russe, Romans | Tagué , , , | 2 commentaires

Le Prince du Néant, R. Scott Bakker

Le Prince du NéantEcrire de la fantasy n’est pas si aisé. Le lecteur attend de retrouver l’enchantement des grandes œuvres qu’il a lues et en même temps aspire à quelque chose de nouveau. L’auteur doit savoir utiliser les codes du genre, mais éviter les clichés. Intrigue, personnages, ambiances, éventuellement profondeur, sont les constituants d’une saga réussie. Et c’est ce qui fait du Prince du Néant, malgré des prémices prometteurs, une trilogie ratée.

En premier lieu, Bakker a commencé à inventer son monde lorsqu’il était encore très jeune. Et cela se ressent : sa toponymie ressemble à une parodie (involontaire) de Tolkien, avec une multitude de noms aux consonances pseudo-exotiques, qui ne parviennent jamais à être vraiment crédibles. Golgotterath, la forteresse des terribles méchants prétendument disparus mais qui, en fait, ourdissent des complots dans l’ombre, en est l’exemple le plus éclatant. Ne restaient que Ténébror ou Eviloth comme pires choix possibles.

La complexité initiale du récit naît des nombreux protagonistes en présence plus que des rouages de l’histoire elle-même, qui ne consiste en fin de compte qu’à aller d’un point A à un point B : une guerre sainte est en train de se constituer et cela implique que des factions de mages, des états et des ordres religieux, en tant que participants ou adversaires, ou faussement l’un ou l’autre, vont y mettre leur grain de sel. Les intrigues politiques, c’est la base de la fantasy actuelle : ça pouvait marcher.

Mais c’était sans compter le personnage principal, l’un des pires jamais créés sans doute. Comme sorti de l’imagination d’un petit garçon qui se rêve héros intrépide, puis ensuite refaçonné avec les aspirations de l’adulte et de l’étudiant en philosophie que l’auteur est alors devenu : Kellhus, une sorte de gloubiboulga d’Aragorn et de Paul Atréides, de Jésus et d’Aristote, de Chuck et de Norris, mâtiné de Zarathoustra et de Machiavel, grand, beau, fort, dont les femmes tombent inexorablement amoureux, incroyablement intelligent, qui a tout compris à la vie et a donc toujours raison et que personne ne peut mettre en déroute. Encore plus surhumain que les surhommes. Complétement cheaté. Un Deus in machina en somme, qui tue littéralement tout suspense. Une bonne partie des deux derniers tomes consiste d’ailleurs à décrire les pensées des autres personnages admiratifs de son génie plutôt qu’à faire avancer l’histoire.

Dommage, car les autres personnages, puissants, mais avec des failles, ne sont pas dépourvus d’intérêt: un barbare ultraviolent, intelligent et torturé, un mage puissant, intelligent et torturé, un héritier d’empire arrogant, intelligent et arrogant, etc. Tous ont du potentiel. Sauf les femmes, évidemment, qui passent beaucoup de temps à pleurer et à se faire violer… les plus grands actes de l’héroïne consistant d’ailleurs en apprendre à lire et à être engrossée par le héros ultime. Au fil du texte, on se prend à rêver que les méchants, prétendument surpuissants, finissent par l’emporter, mais non, car Bakker aime vraiment son héros, sans doute comme une version idéalisée de lui-même, et qui ne sera donc jamais inquiété.

Demeurent des réflexions sur la constitution des systèmes de valeurs et des univers de croyance qui sont plutôt intéressantes, même si quiconque ayant des rudiments de sciences humaines ne sera pas franchement dépaysé. Du reste, le contenu philosophique, qui ne peut pas faire à lui seul un bon roman (et encore moins trois), est assez maigre compte tenu des deux mille pages à parcourir. Les descriptions des combats magiques, non dénuées de poésie, sont aussi à mettre au crédit de l’auteur. Etonnamment, cette série a reçu des avis assez dithyrambiques, comme si, à la manière de son personnage principal, elle parvenait à entourlouper ses lecteurs. Une baleine avec des ailes de moineau.

Le Prince du Néant, Tome I, Autrefois les Ténèbres, R. Scott Bakker, Ed. Pocket, 729 pages.

Le Prince du Néant, Tome II, Le Guerrier Prophète, R. Scott Bakker, Ed. Pocket, 855 pages.

Le Prince du Néant, Tome III, Le Chant des Sorciers, R. Scott Bakker, Ed. Pocket, 728 pages.

Publié dans Fantasy / Imaginaire, Littérature canadienne, Romans | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Servir Froid, Joe Abercrombie

Servir FroidLa vengeance. Voilà un motif inépuisable de récit. Edmond Dantès, Mel Gibson, Steven Seagal ne me contrediront pas. Ici, Monza Murcatto est la grande chef des mercenaires qui a aidé le duc Orso a conquérir quasiment tout le royaume. Ce dernier, craignant que la jeune femme, épéiste exceptionnelle, ne préfère finalement prendre le pouvoir pour elle-même, décide de s’en débarrasser. Erreur fatale évidemment, puisque elle survit, bien que mutilée et donc amoindrie. Son frère, qui était également visé, n’a pas cette chance. S’ensuit le lent processus de vengeance, inexorable, comme il se doit, où chacun des hommes ayant participé à la traîtrise doit payer l’addition.

Personnages hauts en couleur quoique toujours en demi-teintes, humour noir qui évoquerait un Terry Pratchett désabusé, style simple qui cache toutefois une réflexion sur le pouvoir et les faux-semblants, Servir Froid se lit sans peine et avec un plaisir certain. Barbare niais qui se dégrossit peu à peu de ses illusions, empoisonneur fourbe qui est devenu tel parce que mal aimé, tueur psychopathe que l’obsession pour les nombres rend sympathique, maître d’armes alcoolique, etc., la bande à Monza n’est pas des plus flamboyantes et c’est ce qui fait l’intérêt du livre. Chacun se découvre peu à peu, de même que l’héroïne, qui gagne en nuances à mesure.

Il y a les scènes d’actions attendues, les combats trépidants sur le fil, les courses-poursuites, les trahisons et autres retournements de situation qui siéent à ce genre de roman. Au vu de certaines scènes de tortures, on comprend d’ailleurs pourquoi G.R.R. Martin affirme avoir aimé le livre. De nombreuses références aux précédents romans, qui se déroulaient dans le même monde (mais pas dans la même région) émaillent le texte, mais ne sont pas nécessaires à sa compréhension. Une conclusion simple : un bon divertissement.

Servir Froid, Joe Abercrombie, Ed. Bragelonne, 670 pages.

Publié dans Fantasy / Imaginaire, Littérature britannique, Romans | Tagué , , | Laisser un commentaire

Abord, Elizabeth Gueuret & Nadège Fagoo

AbordComme je le disais dans la présentation de Balise, la collection Long Cours s’intéresse aux métiers de la mer. Contrairement à ce que le terrien pourrait croire, la vie du port ne se limite pas aux dockers et aux dames de joie à jambe de bois. Pour qu’un navire puisse paisiblement arriver à quai, toute une chaîne de mesures est nécessaire, dont les pilotes, les remorqueurs et les lamaneurs sont les garants. C’est de ces trois corps de métier dont il est question ici.

Nadège Fadoo, à la photographie, construit ses images en diptyque, auxquelles elle confère une logique propre en fonction des trois professions. Les pilotes, qui prennent le contrôle des navires à l’abord du port, sont tenus à une extrême précision : jeu des lignes et des densités qui s’opposent et se combinent, verticalité des portraits de ces hommes qu’un immense arrière-plan de pierre ou d’acier écrase presque et horizontalité des paysages presque infinis que composent la mer et le ciel, la rade et les navires.

Les remorqueurs quant à eux, aident les navires imposants à manœuvrer dans les espaces restreints et parfois encombrés des avant-ports : les hommes sont systématiquement pris en contre-plongée avec pour seul arrière-plan l’océan ridé ; à côté ce sont les vues d’ensemble, les superstructures des navires abordés et tractés jusqu’au port. Lilliputiens menant par la main des Goliath aveugles. Le métier est épuisant : cela se lit d’ailleurs sur les visages.

Les lamaneurs enfin vont assujettir les bateaux au quai et c’est plus difficile qu’on ne pourrait le croire : comme pour le remorquage, les hommes sont tout proches des parois des bateaux et un simple manque de vigilance peut leur coûter la vie. Ici, les photos sont plus larges, représentent chaque fois les équipes de lamaneurs qui vont systématiquement par deux, regards songeurs perdus dans le hors champ, et derrière lesquels dorment les navires qui peuvent enfin se laisser aller à leur sommeil de monstres marins.

Un livre instructif et beau.

Abord, Elizabeth Gueuret et Nadège Fagoo, coll. Long Cours, Ed. Light Motiv, 72 pages.

*****

A noter qu’à partir d’aujourd’hui, mercredi 18 Septembre 2013, et ce jusqu’au 2 Novembre, se tient dans le port de Dunkerque (Môle 1) une grande exposition qui présente la collection Long Cours. Toutes les infos : ici.

Publié dans Documents / Essais, Photographie | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire