Même Pas Mort, Jean-Philippe Jaworski

Même pas mortNous somme à la fin de l’Age de Fer, quelque part dans le sud de l’actuelle Région Centre. L’époque des clans gaulois, des druides et des chasses au sanglier. Rien à voir a priori avec le Vieux Royaume de Gagner la Guerre et de Janua Vera, même si l’ambiance n’est pas si éloignée des contrées d’Ouromagne.

Le héros et narrateur, Bellovèse, lors d’un rude combat, est tombé sous les armes ennemies, mais ô stupéfaction, il n’est pas mort. Voilà le début du roman : il fait route vers l’ouest, à la recherche des sorcières vivant sur l’Ile de Sein (qui inspireront plus tard le mythe de l’Ile d’Avalon) qui sauront lever la malédiction. Le récit, construit comme un oignon qu’on épluche, fonctionne par flashbacks : peu à peu on apprend dans quelles circonstances le personnage a trouvé la mort, dans quel nœud d’intrigue il est enchevêtré, fils de roi destitué que l’actuel tient sciemment loin de sa cour, écrasé par le poids des rivalités shakespeariennes qui existaient déjà avant sa naissance.

Si l’on aurait tendance à y voir de la fantasy, il s’agit en vérité plutôt d’un roman (proto)historique à tendance fantastique. Les personnages sont censés avoir existé ou du moins sont mentionnés par les historiens romains. Dans son Histoire Romaine, ce fourbe de Tite-Live spoile d’ailleurs impunément la suite de la trilogie. Cela dit, Jaworski s’engouffre dans les brèches laissées par le peu de sources pour développer sa fiction.

Pour ce qui est des événements surnaturels, ils surviennent d’une part très souvent sous le coup de l’alcool, de la maladie ou du sommeil, et d’autre part, Bellovèse, en conteur tissant sa propre légende, interprète les événements à l’aune de ses croyances, l’inexplicable devenant magie, à moins que ça ne soit en fonction de ses propres intérêts. Sur le même thème, on songe au Baudolino de Umberto Eco, avec lequel Jaworski partage d’ailleurs un goût pour les mots rares. Notre héros celte, malgré ses blessures incroyables, a peut-être tout simplement eu beaucoup de chance. Et quand il nous explique qu’au moment où il raconte son histoire, il a près de deux siècles, c’est peut-être que le calendrier gaulois s’avère assez fluctuant. (1) On peut du reste y voir un clin d’œil subtil de l’auteur à l’attention des historiens : si Tite-Live situe l’existence d’Ambigat, de Bellovèse et de son frère au VIe siècle avant J-C, les événements historiques relatés, selon d’autres recoupements, auraient plutôt eu lieu au IVe, ce qui fait que d’une certaine manière, Bellovèse a effectivement deux siècles.

Comme pour les ouvrages précédents, le style est toujours un régal, précis et riche à la fois, et le roman se lit avec grand plaisir, même si le long passage sur l’enfance de Bellovèse, qui se la joue alors Gaulois proustien, s’avère un peu rébarbatif. En revanche, la conclusion, où l’intrigue se dénoue enfin, est passionnante. Quand bien même cette première branche de la trilogie Rois du Monde ne détrônera pas Gagner la Guerre dans mon cœur, cela n’en reste pas moins un excellent roman. On attend la suite, par Toutatis!

Même Pas Mort, Jean-Philippe Jaworski, Ed. Les Moutons Electriques, 300 pages.

Edit du 14/09/15 : (1) Sur la question de l’âge, l’auteur a depuis expliqué ci et là que le siècle gaulois correspondait en réalité à trente de nos années. Au moment où il nous parle, Bellovèse est donc un vieillard de près de soixante ans.

Publicités
Cet article, publié dans Fantasy / Imaginaire, Littérature française, Livres historiques, Romans, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Même Pas Mort, Jean-Philippe Jaworski

  1. Vivement la sortie poche, s’il y en a une… *soupir*

Commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s